Cette semaine, nous avons eu le plaisir de rencontrer Agnès Laurent, fondatrice de l’agence « ROSE&VERTE ». Grâce à un parcours riche en expérience (freelance, agence, auto-entrepreneur), elle nous livre sa vision du monde digital d’aujourd’hui et de demain…

agnès laurent

Agnès Laurent, vous possédez un parcours riche d’expériences tant dans le domaine du marketing, de la communication, que de la stratégie communautaire. Quelles ont été les étapes-clés dans votre carrière ?

Ma carrière a débuté en agence de publicité, dans un premier temps comme stratège média, puis elle a évolué vers des fonctions plus stratégiques de directrice conseil puis de directrice marketing pour répondre à mon besoin de porter une réflexion globale sur la marque et surtout de créer de la valeur, de construire sur le long terme, de développer. Durant toute cette première période,  les principales révolutions qui impactèrent les marques et la pratique de nos métiers, furent la globalisation des marchés, l’explosion du paysage médiatique et son impact sur la fragmentation des audiences, et la « volatilité du consommateur ».

L’avènement de l’ère digitale, fut à double titre un véritable challenge dans ma carrière et l’a faite entrée dans sa seconde période. N’étant pas digital native, il était essentiel pour moi de prendre ce tournant pour imaginer poursuivre une carrière de communicante. Mais c’est surtout la révolution des pratiques engendrée par le digital dans la vie des marques et dans leur stratégie qui anime aujourd’hui mon intérêt professionnel.

Vous avez tout d’abord créé « ROSE », agence conseil spécialisée en marketing et stratégie communautaire en 2008. Puis en 2013, vous avez poursuivi avec « ROSE&VERTE ». Quels sont les principaux changements que vous avez constaté dans le secteur du digital depuis 2008 ?

En 2008, le digital suscitait un intérêt plus « événementiel que stratégique » et rares étaient les marques qui s’investissaient alors dans une réflexion transversale et développaient une vision à moyen terme du digital dans leur stratégie de marque.

Quelle est votre définition du digital ?

Avec le digital demain, c’est déjà hier. Depuis plusieurs décennies, le digital n’a cessé de transformer nos vies en profondeur. Mais toutes les « avancées » technologiques ne sont pas porteuses de progrès social et c’est un univers que je trouve aussi dangereux qu’envoutant.

D’un point de vue professionnel, le digital conduit les marques et les communicants à la réinvention. C’est passionnant et gratifiant.

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires pour travailler dans la communication et sur les médias sociaux ?

La culture, la curiosité et l’inventivité. Puisque le monde bouge et que le champ des possibles ne cesse de grandir, autant en profiter. Mais ça n’est pas très nouveau.

Quelles ont été les principales modifications dans le secteur de la communication et du marketing et comment voyez-vous les perspectives pour ce secteur à l’avenir ?

Le mobile, le social, les objets connectés et l’uberisation sont les piliers à court et moyen terme de l’évolution de nos métiers et de nos vies. Pour le reste, si je le savais…

Merci à Agnès Laurent, fondatrice de l’agence ROSE&VERTE, d’avoir accepté de répondre à nos questions.

Connaître le parcours de Agnès Laurent :

 Viadeo – Google+ – LinkedIn.